Politique

TRAFIC DE CHANVRE INDIEN AU CAMP PENAL DE LIBERTÉ 6 :De la drogue trouvée dans un ballon de foot et un sac de pain

Trois détenus qui purgent de lourdes peines au camp pénal de Liberté 6, étaient devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar hier pour offre ou cession de drogue. Au fond du sac de pain que tenait A.B. Ndiaye, employé dans la boulangerie de la réinsertion, se trouvait un kilogramme de chanvre indien. Dans la chambre de P. L. Guéye et I. Barry, il y avait un ballon de football contenant l’herbe prohibée.

Des agents de l’administration pénitentiaire du camp pénal de Liberté 6 ont été informés du fait que des trafiquants faisaient entrer du chanvre indien, en jetant des ballons de football contenant de la drogue dans la cour. Le destinataire se chargeait de les récupérer en toute discrétion pour écouler l’herbe dans la prison. Ils ont  visionné les vidéos des caméras de surveillance et ont vu I. Barry ramasser une balle. Ils ont  fouillé la chambre de  Barry et ont trouvé sous un lit, un ballon contenant du chanvre indien. Le responsable de la chambre P. L. Guéye a aussi été embarqué par les policiers.
Pour ce qui est de A. B. Ndiaye,  de retour de la boulangerie de Liberté 6 où il travaille, il a été fouillé. Dans son sac de pain se trouvaient 10 blocs d’un poids d’un kilogramme de chanvre indien.  Placés sous mandat de dépôt le 08 mai, Ndiaye, Guéye et Barry comparaissaient hier devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour offre ou cession de drogue.

Ndiaye a fait savoir qu’il est en prison depuis 5 ans et travaille à la boulangerie du camp pénal de Liberté 6 depuis 3 ans. Il sait qu’on on interdit le  coupe ongle et ne va pas se hasarder à essayer de faire entrer de la drogue en prison. A la fin de sa journée de travail, on lui avait donné 6 pains. Il a pris un sac trouvé dans un lot et y a vu des restants de pain. Il s’est dit qu’il peut les donner aux détenus qui en ont besoin pour couper leur faim, a mis les 6 pains et s’est présenté devant la prison.

Guéye a précisé qu’il séjourne avec Barry et d’autres détenus, dans la chambre des malades où il y a beaucoup de va et vient. Les gardes ont fouillé la chambre et  trouvé de la  drogue dont il ignore la provenance. Le mis en cause a souligné qu’il est en détention depuis 5 ans et il lui reste 4 ans à purger.

Barry a reconnu que les gardes lui ont montré des morceaux de ballon déchiré. Il a été incarcéré en 2008 pour meurtre et a nié les faits. Barry ne joue même pas au foot.

Le parquet a requis trois ans ferme contre tous, pour tentative en vue d’offre ou cession.

Me Ibrahima Mbengue, a noté que si  son client Ndiaye  a été choisi parmi tant d’autres détenus, c’est parce qu’il inspirait confiance.  Trois équipes de 6 détenus, donc 18 prisonniers, fréquentent la boulangerie. Ndiaye savait que la fouille était incontournable et que s’il passe devant les gardes, ils allaient voir la drogue. Les trois prévenus n’ont pas été arrêtés le même jour mais le  27, puis le 30 avril. Me Mbengue a demandé au tribunal de disqualifier en usage parce que la détention est constante.

Ndiaye a écopé de deux ans ferme pour offre ou cession de drogue. Barry et Guéye ont été relaxés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *